BONNE biblio BAD biblio

Bibliothèque du Boisé VSL

Ma bibliothèque, j’y vais! C’est le titre d’une déclaration présentée par la Table permanente de concertation des bibliothèques québécoises. On y apprend notamment que les bibliothèques sont de formidables leviers de richesse culturelle, sociale et économique. Que chaque dollar investi dans une bibliothèque permet d’en gagner jusqu’à 5, que fréquenter une bibliothèque améliore la santé physique et mentale, etc.

Perso, je n’ai pas besoin d’être convaincue. J’ai grandi dans les bibliothèques publiques. Bien avant de savoir lire, ma mère m’amenait passer des matinées entières à la bibliothèque. J’ai de vagues souvenirs de ces moments, mais l’amour de la lecture et de ce lieu enchanteur est resté. Plus tard, adolescente, c’est à la bibliothèque que je me réfugiais quand j’avais besoin de calme.

Inutile de dire qu’avec mes filles, je n’ai pas attendu longtemps pour y faire un tour. Dès les premiers mois, j’ai profité du programme Une naissance, un livre, et commencé à transmettre ma passion non seulement de la lecture, mais des bibliothèques elles-mêmes.

Donc OUI pour les biblios, mais encore faut-il s’y sentir à l’aise, avoir envie d’y aller…!

Et c’est ainsi qu’à contre-cœur, je dois lancer un petit coup de gueule.

Bibliothèque Multiculturelle de Chomedey

Ayant déménagé récemment à Laval, je dois dénoncer l’extrême différence entre les bibliothèques de ma nouvelle ville et celles que j’ai été habituée à côtoyer à Montréal.

Ma première expérience négative: la bibliothèque multiculturelle de Chomedey. Sur le premier étage, au fond à gauche, la section des enfants laisse grandement à désirer.

D’abord, pas de poufs pour s’asseoir par terre. Je fais quoi moi avec mon bébé? Je m’assois sur une chaise d’enfant? Disons que ça ne donne pas envie de traîner des heures à la biblio… Qu’à cela ne tienne, on s’est assis direct par terre sur le tapis, mes deux filles et moi. J’ai aussi rempli un formulaire de plainte à ce sujet. Moi qui était habituée aux poufs par terre, aux sofas pour enfants, aux coussins colorés…!

Ensuite, pas de jouets pour les plus petits. Aux bibliothèques de Montréal, il y a toujours une section avec jeux de société et des jouets pour les plus jeunes. La bibliothèque doit être un milieu de vie complet, ludique. Oui on y va pour lire, mais avec de jeunes enfants on y va surtout pour développer l’amour de la lecture. Cet amour passe parfois par une pause jouets.

Finalement, la section elle-même est très petite…

Ne voulant pas rester sur cette mauvaise impression, je décide la semaine d’après de visiter une autre bibliothèque de Laval, située plus loin. Je suis prête à conduire un peu plus pour passer un bel avant-midi!

Une activité organisée à la bibliothèque du Boisé, sans inscription préalable!

Eh bien, la deuxième bibliothèque me déçoit encore plus que la première! Cette fois-ci, même pas de tapis au sol! Impossible de s’installer par terre pour lire, ni de laisser ma petite déambuler dans les rangées. D’ailleurs, j’ai même senti que je dérangeais, cette fois-ci. Ben oui, des enfants de 4 ans et 1 an ça fait du bruit! Une employée vient me voir pour me demander “Si j’ai besoin d’aide”. Non madame, j’ai juste besoin de sortir d’ici!

Une bibliothécaire de Montréal-Nord m’a déjà dit que les bibliothèques, de nos jours, ce n’est plus fait pour lire en silence. Ce sont des lieux de partage, de vie!

Désormais, nous traversons le pont pour fréquenter la bibliothèque du Boisé, à ville Saint-Laurent. Une architecture à couper le souffle (la lumière, c’est magique!), des salles d’allaitement, un local d’activités, une aire de jeux, des télévisions…

Oui, la carte me coûtera de l’argent puisque je n’habite pas sur l’île. Mais ça c’est une bibliothèque où il fait bon vivre!

More from Takwa Souissi

Le prix de l’immigration

J’écris ces mots à contrecœur et avec nervosité. Je regarde mes enfants...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sixteen − 9 =