Je porte le Burkini pour mes filles

Il fait beau et chaud. Les enfants se préparent joyeusement à aller à la piscine avec papa. Tu voudrais tant y aller, mais…

Tu es une femme voilée.

Tu regardes ton burkini dans ton tiroir et tu hésites. Tu as peur de faire les manchettes, de te faire insulter, de te faire rabrouer par le personnel de la piscine.

Prends ton courage, maman.  Si c’est ce que tu veux faire, fais le pour tes filles. Montre leur que tu peux t’amuser avec eux, librement et sans complexes. Montre leur que ta foi et tes choix vestimentaires ne les limiteront pas, ou si peu. Passe un après-midi de qualité en famille, au lieu de regarder de loin, assise sur un banc.

Tu auras peut-être à affronter quelques regards moqueurs. Mais je te conseille de fixer les yeux de ta grande fille, à la place. Regarde ses pupilles se dilater en comprenant que tu vas jouer avec elle dans l’eau. Regarde la te regarder avec admiration. Puises ta force dans son amour et dans sa joie démesurée.

Et puis tu vas voir, ce n’est pas si pire que ça. La première fois, tu vas fixer le sol en t’excusant d’exister.

Ça sera tellement une belle expérience que tu vas y retourner. Et la deuxième fois tu vas marcher un peu plus droite, la tête un peu plus haute, le regard un peu moins fuyant. Et tu vas réaliser que les gens s’en foutent pas mal, de ce que tu portes. Qu’ils sont là pour s’amuser avec leurs enfants, eux aussi. Et que ceux qui chialent n’ont souvent pas le courage de te le dire en face, de toute façon.

Alors va y, profite de l’été. Ne garde pas ton burkini pour le Bled. Use le à la corde au Québec ou ailleurs, partout où l’eau t’invitera.

Prends la main de ta fille, et plonge.

More from Takwa Souissi

“Tu comprendras plus tard…”

Ah ben tabarouette, papa avait raison ! Ah comme j’aurais aimé ne...
Read More

4 Comments

  • Bel article très émouvant! Du courage pour outrepasser le regard des gens, et du courage pour écrire cet article! C’est ainsi que l’on élève des filles qui n’auront pas peur de leur convictions et de vivre leurs passions.

  • J’ai passé une semaine à Cuba, en burkini. Et les seuls qui me regardaient de travers, c’étaient des Québécois. Eh misère! Mais je m’en suis foutue et j’ai passé une des plus belles semaines de ma vie, à m’amuser dans la mer avec mon mari et mon fils. Nous n’avons pas à nous excuser d’exister. S’il y a des gens qui n’aiment pas nous voir, ils n’ont qu’à regarder ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

eighteen − seven =