Histoire de Eïd el “Kbir”

EDIT: **Je tiens à préciser que je ne suis pas végétarienne et je n’ai aucun problème avec le fait d’abbatre des animaux pour les manger. Plus encore, j’aurais voulu vivre cette expérience traditionnelle avec mes enfants pour redonner un sens et une valeur à la consommation de la viande ainsi que l’histoire spirituelle derrière. Malheureusement, l’expérience que j’ai vécu l’an dernier dans une grande ferme de masse ne correspondait pas à mes standards en matière d’éthique Halal. Selon moi Halal c’est pas juste des critères techniques, mais aussi moraux et environnementaux. Et je crois qu’aucune viande que je consomme au jour le jour n’y corresponds malheureusement, même si j’essaie le plus possible de choisir des bouchers qui ont a coeur le bien-être de l’animal durant sa vie. Je n’ai pas voulu m’étendre là dessus dans le texte, vu que ça n’avait pas trop rapport à la parentalité mais simplement une démarche et une réflexion personnelle. **

Je ne sais pas pour vous, mais le Eid el Fitr, celui que l’on célèbre tout juste après le ramadan, a toujours été plus excitant pour moi que le Eid el Adha. Autant comme adulte que comme enfant.

Le Eid el Adha (Fête du sacrifice) aussi appelé dans certaines régions Eid el Kbir (Le Grand Eid), n’a jamais rien au de grandiose par chez-nous. Contrairement au Eid el Fitr que l’on attend avec impatience pendant un mois, ce deuxième Eid apparait toujours un peu de nulle part, quelques mois après. On ne s’y prépare jamais vraiment très à l’avance et l’ambiance y est toujours un peu moindre. On a passé notre enfance à se faire dire qu’on ne fête peut-être pas Noël, mais qu’on peut compter sur deux belles fêtes de Eid. Disons que la féérie des Fêtes l’emporte largement sur ce coup là…

Il faut dire que mes parents ne nous ont jamais amené à la ferme, ici. Pour y remédier, et croyant offrir à mes enfants une expérience plus intéressante et emballante, j’ai voulu revenir aux sources pour le Eid du sacrifice. Nous avons donc passé le Eid dernier sur une ferme, avec un méchoui d’agneau…très frais. Ce n’est malheureusement pas une expérience que je souhaite renouveler, pour des raisons que je n’étalerai pas ce matin et qui nécessiteraient un autre article en soi. Mes parents ont toujours envoyé l’équivalent de la somme d’un mouton/agneau en charité dans un pays où la viande est un luxe, et je réalise que je suivrai leurs traces là-dessus.

Qu’est-ce qu’il nous reste, donc, pour créer une ambiance? Un peu comme pour le Eid el Fitr, je crois qu’il faut créer une anticipation à l’avance. C’est pourquoi on se met en mode déco quelques semaines avant. Avec ma fille, nous fabriquons une Kaaba (la fête coïncide avec la période du Hajj et l’histoire d’Ibrahim est intimement reliée à la Kaaba, rappelons-le). Parlant d’histoire, je crois qu’il est important également de situer le Eid dans son Histoire. Rappeler la notion de sacrifice, le cadeau du mouton pour récompenser la confiance absolue en Dieu. Pour un enfant de 4 ans, cette histoire et ces notions un peu complexes passent également par des biscuits en forme de mouton et de mosquée, des bricolages et des jeux thématiques. Merci Pinterest pour les idées! Après tout, une fête, ça doit bien être festif!

Un peu comme ma collègue Nada le disait, nous les parents O+E, sommes vraiment plus sensibilisés à l’importance de créer un Eid mémorable! Le Eid, ce n’est pas qu’un cadeau, un déjeuner chez Cora et des appels téléphoniques au Bled 😉

Et vous, comment célébrez-vous Eid El Adha ?

More from Takwa Souissi

Pourquoi j’ai décidé de sauter la prématernelle

J’habite dans un quartier quelque peu défavorisé où la pré-maternelle 4 ans...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + 2 =