Je n’ai pas pu choisir le prénom de mon enfant

Je n’ai pas choisi, il l’a fait à ma place.

Très jeune fille, bien avant le mariage, j’avais déjà en tête plusieurs prénoms que j’avais choisi avec beaucoup de soin, d’amour et d’affection. J’ai gardé ces petites perles dans mon journal intime pour qu’un jour je puisse finalement en choisir une. Des prénoms de filles et de garçons pour mon bébé (Inch allah).

J’ai fait des recherches sur internet, j’ai lu plusieurs articles et j’ai feuilleté des livres afin d’avoir la plus belle collection de prénoms que l’on puisse avoir. Mon bébé, je voulais tant lui donner un prénom exotique, beau, doux, poétique. Un prénom qui porte un message, une histoire et de l’espoir. Un prénom facile à prononcer et surtout qui reste fidèle à notre culture, tradition et à la fois doux à l’oreille des non-arabophones.

Des années passent et voilà que mon vœu le plus cher est exaucé: mon premier bébé à moi. Aujourd’hui je suis maman, mais je n’ai pas eu le droit de choisir. Je n’ai pas eu mon mot à dire. Les jolies perles que j’avais soigneusement et secrètement gardé pendant si longtemps, finalement elles sont restées au fond de mon tiroir!

Le père de mon enfant a eu le premier et le dernier mot. Non seulement c’est lui qui a choisi, mais il refusait même de me faire plaisir et de partager avec moi son choix de prénom et ce, pendant toute ma grossesse. Le jour où notre bébé est arrivé, j’ai posé et reposé la même question à maintes reprises, mais sans succès. Il a refusé de me le dire et je n’ai appris le nom de mon enfant que quelques heures avant notre sortie d’hôpital.

Mon cœur était lourd de tristesse, de chagrin et de colère. J’ai tenu mon bébé dans les bras pendant deux jours sans connaitre son prénom. Je me disais qu’en tant de maman, qui a porté cet enfant pendant un peu plus de 9 mois, qui est passé par toutes ces douleurs pour lui donner la vie, et qui a eu une grossesse difficile; la moindre des choses c’était mon droit en tant que mère de CHOISIR. Ou encore, choisir à deux! Malheureusement, ça ne se passe pas tout le temps comme ça.

Je ne pourrai jamais oublier ce que son père a fait. Mais malgré tout, mon enfant est le plus beau et le plus doux et le plus précieux. Un jour (Inch allah), je vais lui montrer mon journal et je lui présenterai ces pages remplies de prénoms, de fleurs et de petits cœurs. Qui sait? Mon enfant sera peut-être plus chanceux que moi et il y trouvera sa propre perle.

« Choisir un prénom » c’est tout un voyage, une aventure, une destination et un destin.

More from La Grande Famille

L’Hyperemesis gravidarum ou Non, ce ne sont pas de “simples nausées”

C’est l’été, il fait beau. C’est le matin du jour de Eid...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

two × two =