Chéri, je suis jalouse de toi

Un aveu : Je suis jalouse de mon mari…

Donc, à toi, cher partenaire de vie,

Toutes les fois où tu es sorti fumer ta cigarette sur le patio, toutes les fois où tu t’es endormi dans le salon même avec le bruit des enfants, toutes les fois que j’allaitais à 4 h du matin alors que toi tu dormais paisiblement (parce que je n’allais quand même pas te réveiller rien que pour me tenir compagnie), toutes les fois où je me sentais submergée par la fatigue, par mes rôles et par mes responsabilités, toutes les fois où j’ai réalisé qu’être à la fois une femme et une mère me coûtait ma liberté et ma vie d’avant, qui me manque par moment… Oui, chéri, je te jalouse. J’ai en moi un mélange de sentiments enrobé d’envie.

Oui, oui, tu as bien lu !!!

Je suis jalouse de ton indépendance, cher conjoint, de cette espèce d’amour que tu sais préserver pour toi-même. Tu es capable de nous aimer sans t’oublier, tu es capable de décider de laisser faire certaines obligations et de dormir parce que tu en as tout bêtement besoin, sans aucun regret.

Tu sais, cher partner in crime, chaque rare fois où je me suis permis de te laisser notre progéniture pour une soirée entre amies pour aller chercher désespérément un peu d’énergie et vivre quelques moments pour moi… Devine quoi ? Je ne me déconnectais jamais à 100 % de mes autres rôles.

Au fond de moi-même, je me considère comme indispensable et je sens que, sans moi, les choses ne tournent pas en rond. Alors que, en fait, tout fonctionne très bien ou presque.

Partout où je me tourne, je tombe sur la théorie du lâcher-prise ; même dans ma pratique d’intervenante je conseille souvent à mes clients de lâcher-prise, justement. Cependant, quand il s’agit de moi-même, je ne sais pas appliquer mes propres conseils, et tout cela ne reste qu’une simple théorie qui figure dans mes livres.

Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à lâcher prise ?!? Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à être égoïste sans être égocentrique ?

Pourquoi est-ce que je ne passe pas en premier ? Est-ce que c’est génétique ? Un genre de sort, une destinée ? Parce que je suis une mère et que toutes les mères réagissent de cette façon ? Ou c’est tout simplement moi ?!?

Bref, mon cher époux, je ne sais pas comment tu fais pour dormir dans le salon, mais, parfois, j’ai le goût de te réveiller par “accident”, mais je ne le fais pas, parce que je t’envie tellement de dormir ! D’ailleurs, dormir, à quoi cela ressemble-t-il, déjà ?

Zineb

Juste pour éclaircir quelque chose au cas où mes enfants tombent sur ce texte 20 ans plus tard : j’aime mon rôle de mère, j’ai beaucoup aimé vous allaiter et j’aime beaucoup votre papa.

Written By
More from Zineb El Alami

L’année où la mort s’est invitée

Je suis de celles qui croient que nous allons tous mourir un...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

one × one =