Lettre à mon fils (fruit d’un amour mixte)

Voilà un mois déjà que tu es parmi nous.

Je réfléchis sans cesse à la manière que je veux t’éduquer pour t’enseigner nos valeurs, faire de toi un homme avec une identité solide, l’esprit ouvert et le coeur plein d’amour.

Tu dors paisiblement à côté de moi, mon coeur, tu ne le sais pas, mais tu es le fruit d’une histoire d’amour pas si simple.

Pour certaines personnes, l’amour n’est parfois pas suffisant pour que deux êtres s’unissent. Il faudrait qu’ils soient de la même origine, même religion, que leurs familles se connaissent et qu’ils proviennent de la même classe sociale, alors là peut-être que leur union serait acceptée de tous…

Ton papa et moi, nous n’avons suivi aucune règle. On s’est aimés, on a suivi notre coeur. Les gens qui étaient d’accord avec notre mariage, nous pouvions les compter sur les doigts d’une main, tandis qu’aujourd’hui tous sont heureux de te prendre dans leurs bras. Si nous les avions écoutés, tu ne serais pas là, mon bébé. Voilà une des grandes leçons que je veux t’enseigner: ne te laisse jamais paralyser par la peur, écoute plutôt ton coeur, car c’est Dieu qui le guide et Son Amour n’a pas de frontière.

Je dois aussi te parler d’identité…Tu verras qu’ici-bas, on cherche à mettre les gens dans une case, à leur coller des étiquettes, car comme je t’ai expliqué, les gens ont peur de l’inconnu, alors ils doivent tout identifier.

Maman est d’origine québécoise et convertie à l’Islam, deux étiquettes qui ne sont pas compatibles pour beaucoup, et j’y ai cru longtemps. Ce fut un long cheminement pour qu’enfin, je n’accepte plus de me faire dicter qui j’étais par les autres, de cesser d’accorder de l’importance à leur interprétation de mon identité.

Ce ne fut pas facile pour moi de démêler culture et religion, deux concepts qui s’entremêlent et qui s’influencent constamment. L’être humain est merveilleusement complexe. Tu verras, mon fils, qu’il est souvent réduit à une image. Il faut prendre en compte ses nuances pour l’apprécier tel qu’il est. À force de tenter d’entrer parfaitement dans une case, on finit par le briser.

Ton père et moi, nous avons créé ce que nous appelons notre micro-culture ! J’ai dû m’éloigner des préjugés de notre société et me réfugier dans notre amour afin de m’accepter dans toutes mes nuances. J’ai compris que j’avais le droit de vivre ma vie selon les préceptes de l’Islam tout en mangeant de la poutine (halal!) et en écoutant Francis Cabrel (un exemple simple hihihi!)

Toi aussi, mon coeur, tu devras te faire une carapace aux jugements à propos de notre micro-culture. Car chez nous, on mange parfois du pâté-chinois pour l’Iftar, on écoute le coran en français-arabe et on fête l’Aïd, mais aussi tes grands-parents veulent qu’on soit chez eux à Noël.

À ta naissance, c’est ta mamie qui t’a pris dans ses bras avant tout le monde, elle t’a dit bonjour mon amour, ensuite maman t’a soufflé salam mon trésor et ton papa t’a chuchoté l’Adhan à l’oreille.

Tu es un petit coeur Olive+Érable, et je ferai tout pour que tu trouves ton bonheur dans notre micro-culture que nous nous sommes bâtis avec beaucoup d’amour, malgré les critiques.

More from Carolanne Forgues

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − 9 =