L’abus de la patience (Sabr) face à l’abus tout court

Un petit mot composé de trois lettres en arabe (صبر) qui veut dire « patience »  ; une vertu et un concept qu’on nous enseigne depuis un très jeune âge mais sans pour autant expliquer le vrai sens du mot ainsi que les limites et les conséquences possibles si nous « abusons » de cette patience.

En aucun cas ne suis-je entrain de minimiser l’importance de cette belle vertu que nous enseigne notre religion malgré les amalgames causés par certaines traditions et cultures. Cependant, chers parents, je vous prie d’enseigner (surtout) à vos filles d’autres valeurs et vertus aussi importantes que celle de la patience afin de les protéger, de leur donner confiance en elles et afin qu’elles puissent prendre les bonnes décisions qui pourraient un jour sauver leur vie et celle de leur famille. Afin qu’elles puissent vivre sans remords et sans ce sentiment de culpabilité ou de « trahison » envers les apprentissages acquis, car elles n’arrivent pas à demeurer « patientes » face aux multiples difficultés.

Comment puis-je enseigner à ma fille la courtoisie, la gentillesse et le partage sans aussi la prévenir de ce qui pourrait se passer si on abuse de sa bonté? C’est-à-dire que oui, je tiens à ce que ma petite apprenne à donner, à partager, à aider son prochain … mais ne devrais-je  pas aussi lui enseigner à faire attention, car dans la vie (malheureusement) il existe aussi des profiteurs, des menteurs, des voleurs, des hypocrites et des narcissiques qui pourraient profiter d’elle? Ne devrais-je pas lui enseigner à faire attention, à se défendre, à analyser la situation, à réfléchir et à se poser les bonnes questions?

Sabr, Sabr, sabr et encore SABR … ce mot qui nous hante, qu’on se répète et qui raisonne dans notre tête à l’infini! La famille, les amis et parfois même l’ensemble de la société va nous pousser à « patienter » afin de continuer à  «avancer» dans la vie. On se hante nous même avec une fausse compréhension de « sabr » tantôt pour justifier notre silence, notre manque de savoir-faire, notre impuissance ou notre faiblisse. Malgré que nous sachions que nous somme à bord d’un bateau qui est sur le point de couler, nous continuons à attendre un miracle. Alors qu’un Tsunami de SABR nous envahit, nous ne nous rendons pas compte que cette vague monstre viendra déferler sur notre vie, si nous restons immobiles en espérant que la patience nous sauvera.

Pour jouer cartes sur table, Sabr mes chères amis ne veut pas dire accepter l’injustice; garder le silence; accepter la douleur; l’humiliation, les menaces ou les abus. Il ne faut pas faire taire la « douleur » en lui faisant la sourde oreille et en ignorant les racines de la problématique. Si vous voyez un être cher ou même un étranger se noyer, vous n’allez pas vous dire SABR mais vous allez plutôt sauter dans l’eau pour le sauver ou pour lui venir en aide d’une quelconque façon.

Dieu nous enseigne la patience mais il nous enseigne aussi à ne jamais accepter l’injustice et de ne jamais l’infliger à soie ou aux autres. Non à l’oppression et non à l’injustice. Dans la vie, il faut apprendre à éviter les excès (même dans la patience)! Le ciel aussi a une limite! Ne vous apitoyez pas sur votre propre sort en espérant qu’avec la patience les choses ou les gens autour de vous changeront! Souvent, pour ne pas dire tout le temps, le scenario est le même.

On lui demande à elle de patienter et que lui, il finira par changer. On lui demande à elle de patienter et que la vie sera plus paisible avec le temps, que le soleil reviendra après la tempête. On lui demande à elle de patienter dans l’intérêt de ses enfants et pour la stabilité de sa famille. On lui demande à elle de patienter et d’encaisser les coups (temporaires) afin que le bateau ne chavire pas et qu’il puisse arriver à destination en un seul morceau. Mais qui pense réellement à elle? Prenez du recul pour mieux voir l’ensemble de l’image. Pour comprendre que dans toutes situations d’abus, il vaut mieux partir pour votre bien être, votre survie à vous et à vos enfants. Face à l’abus, n’abusez pas de la patience, car elle se retournera contre vous.

Agissez. Partez. Sautez du bateau s’il le faut et nagez!

La patience est belle, mais il faut l’utiliser sagement et sans en abuser.

More from Nermine Barbouch

Quand les coups du conjoint rebondissent sur le ventre

C’est l’un des chapitres les plus heureux de votre vie, surtout lorsqu’il...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + seventeen =