Pourquoi j’ai décidé de devenir Doula

La femme devient mère automatique en tombant enceinte. Certains me diront que ce n’est qu’à l’accouchement qu’on change de titre, mais je ne vois pas les choses sous cet angle.

Future-mère, maman d’ange ou mère “tout court”, on passe toutes par la même gamme d’émotions influencée par les hormones.

Quand on a le test de grossesse en main, affichant le petit +, il n’y a absolument aucun manuel d’instruction qui vient avec.

Rien.

Des nausées, de l’insomnie, de l’irritabilité; ça par contre on en a plein.

Du jour au lendemain, il se passe des centaines de choses dans notre corps auxquelles nous n’étions pas préparées. C’est comme prendre un bateau sans savoir naviguer.

Bien sûr, on a toutes une amie, une tante et une grand-mère qui nous expliquera comment ça pourrait potentiellement se dérouler le jour J, basé sur leurs expériences personnelles selon les époques, qui ensuite peuvent nous créer des peurs.

Pourquoi j’ai choisi d’être accompagnante? Parce qu’au Canada, seulement 2% de la population a accès aux sages-femmes.

2% c’est très peu.

Le rôle d’une Doula

Le suivi est centré sur la femme et sur ses émotions, on ne fait aucun acte médical.

Ma vision de l’accouchement c’est un événement heureux, qui se doit d’être préparé selon les attentes de la femme qui accouche, et ce, tout en douceur. Pour moi le contact humain est super important et inévitable pour avoir une relation de confiance avec ma cliente.

Mon but pendant ces 9 mois de changements et d’adaptations, est de lui donner tous les outils nécessaires pour qu’elle apprenne à accoucher par elle-même et qu’elle comprenne le fonctionnement de son corps.

Mon rôle est d’être présente, 24h/24 au téléphone pendant la grossesse, pour rassurer et surtout pour écouter. Je fais des cours prénataux selon les besoins de la maman, et j’interviens entre le couple et le corps médical pour que règne une harmonie dans la salle d’accouchement.

Petites statistiques :

  • La présence d’une doula réduit de 50% les chances qu’une femme enceinte accouche par césarienne.
  • La présence d’une doula réduit de 25% la durée du travail et de 60% le recours à la péridurale.

Certaines complications peuvent parfois arriver, de là l’importance d’avoir un plan B et un plan C.

Nous n’avons certes pas de baguette magique, mais notre travail est réellement prouvé.

J’ai choisi cette profession par amour des bébés, mais surtout pour changer la vision de l’accouchement véhiculée dans les films.

C’est une réelle passion de pouvoir aider les femmes enceintes à devenir maman.

More from Jacinthe Naïma

Au théâtre avec les cocos!

Vendredi matin, je me suis rendue au théâtre Outremont avec mes fils....
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 4 =