Tarawih sans les enfants, havre de paix !

Imaginez un soir de Ramadan paisible, les gens s’accumulent tranquillement à la mosquée du quartier. Dans celle-ci résonnent les paroles du Noble Coran, récitées par le Sheikh qui mène la dernière prière de la journée, celle de Tarawih. Pas un bruit, mis à part quelques toussotements ici et là. Puis, venant déchirer ce moment sacré et spirituel, le cri d’un enfant, qui n’a clairement pas envie de rester assis là où son parent l’a placé. Les gens sont soudainement sortis de leur bulle, de leur spiritualité, l’enfant ne se calme pas malgré les efforts de son parent, ses cris redoublant d’intensité. Tous autour sont dérangés, et tentent tant bien que mal de se reconcentrer afin de profiter de la prière.

C’est exactement ce que je veux éviter en n’emmenant pas mes enfants à la mosquée lors de la prière durant le Ramadan. En plus que celle-ci soit très tard (22h30), les mosquées ne sont malheureusement pas toutes adaptées à accueillir des jeunes enfants*. Bien que je veuille que mes filles les fréquentent et surtout connaissent les différents rituels qui accompagnent le mois de Ramadan, vu leur jeune âge, je préfère ne pas me mêler à la foule d’adultes qui se rendent dans ce lieu sacré pour prier. Se faire déranger par quelqu’un qui tousse à tes côtés, c’est quelque chose, mais par un enfant qui ne cesse de hurler et qui déconcentre tout le monde autour de lui, ç’en est une autre.

Par ailleurs, bien que mon aînée soit bien au-delà de l’âge où je pourrais l’emmener, et qu’elle soit tranquille, les heures de dodo sont comptées et la fatigue à l’école le lendemain lui pèse lourd. Je ne voudrais surtout pas brimer sa compétence en classe en l’empêchant de dormir à l’heure à laquelle elle est habituée. Ma plus jeune étant en plein terrible two, l’idée de lui faire fréquenter la mosquée ne me traverse même pas l’idée (j’anticipe d’ailleurs déjà la prière du Eid…). Je pense donc que je les emmènerais probablement avec nous afin qu’elles puissent ressentir toute la beauté et la spiritualité de la prière de Tarawih lorsque celle-ci sera à des heures plus convenables pour des enfants et que j’aurais pris mon courage à deux mains pour affronter les regards et commentaires des gens. En attendant, je vais continuer de prier chez moi, dans le confort de ma maison, où mes enfants peuvent pleurer et crier sans déranger *trop* de gens…

*Je tiens à souligner que de plus en plus de mosquées offrent un coin garderie pour les parents le nécessitant, et je veux les féliciter d’avoir entrepris de faire cela… Enfin des mosquées qui arrivent en 2017 !

Written By
More from Nadz El-Jay

À bas la routine !

Nous sommes une génération de mamans qui ne se définissent pas que...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

twenty − 16 =