Pourquoi vous devriez faire l’épicerie avec vos enfants

À l’idée d’enfants dans la cuisine, plusieurs parents sont réticents par crainte de possibles blessures ou par souci de sauver du temps. Selon l’âge des enfants, ces craintes peuvent être fondées, mais il y a toujours un moyen de les impliquer dans la préparation des repas (sans avoir à leur faire jouer avec des couteaux ou du feu!).

En fait, qui a dit que nous ne pouvions impliquer les enfants de manière sécuritaire, en leur donnant des tâches adaptées à leur capacité et à leur âge? Et qui a dit que les apprentissages ne pouvaient pas commencer hors de la cuisine, avant même que les aliments s’y retrouvent?

Comme au supermarché.

J’ai souvent accompagné mes parents pour faire les courses. J’étais mi- observatrice, mi- actrice de ces séances d’épicerie. Nous faisions plusieurs stops selon les rabais affichés dans les circulaires, mais aussi des stops pour les achats spéciaux de viandes halals ou des produits dits du bled. J’aimais bien les accompagner pour « participer ». Par participer, je veux bien sûr dire leur « proposer » « sans contrainte » d’acheter les aliments que j’aimais – en les plaçant subtilement dans le chariot, à leur insu, comme tout enfant digne de ce nom. La technique marchait mieux avec ma mère qu’avec mon père. Je savais bien qu’avec lui, nous avions très peu de chance d’acheter autre chose que le nécessaire prévu. Mais moi, j’étais plus comme ma mère – aventurière – et comme je découvrais au supermarché de nouveaux produits intéressants pendant que mes parents prenaient tout leur temps dans les rayons, je voulais les essayer. Est-ce que j’avais vu mes ami-e-s les apporter à l’école ou est-ce la publicité, l’emballage attrayant, mon appétit qui m’influençaient? Bienvenue dans le monde du marketing, jeune enfant!

J’étais initiée, à cette poudre aux yeux, moi aussi, la future consommatrice en herbe. Et c’était bein correct, car ces moments ont été des moments de découvertes, mais aussi des moments où il a fallu me dire non. Ce sont des opportunités de prendre le temps d’expliquer à son enfant le pourquoi derrière notre oui ou notre non, selon l’aliment en question.

Pour vos plus vieux, c’est aussi l’occasion de les responsabiliser. Donnez-leur des tâches comme s’occuper d’aller chercher certains produits, ensacher les fruits et les légumes que vous aurez décidé ensemble de prendre, passer la transaction de votre épicerie à la caisse libre-service ou placer l’épicerie dans les sacs (réutilisables!).

Et si votre enfant est un mangeur difficile, lui permettre de vous accompagner faire les courses pourra l’aider à manger plus, car il aura participé à choisir des aliments.

Se nourrir est une activité qui commence dès que nous choisissons un aliment pour le placer dans notre panier d’épicerie. Il y a plusieurs étapes qui précèdent l’arrivée du repas sur la table et qui sont autant d’opportunités d’initier nos enfants au plaisir de s’alimenter sainement!

Written By
More from Houda Hatem

Ces petites habitudes alimentaires qui marquent l’enfance

D’aussi loin que ma mémoire se souvienne, il y a deux habitudes...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − 8 =